Texte à méditer :  Le Togo, notre Bien commun à tous !   
Bienvenue sur le site officiel du CMDT - Togo

Togo notre bien commun : un autre regard sur la crise

 Sortir du cercle vicieux Confiance, Méfiance et Défiance

Nous souhaitons, au travers de ces quelques lignes, apporter notre modeste contribution à la suite d'un certain nombre d'observations concernant la situation socio politique du Togo. Tout a été dit concernant le "cas Togo". Les constats sont là, accablants. D'un côté, un régime cinquantenaire enraciné dans la gouvernance par la brutalité et de l'autre côté, un peuple meurtri, fatigué et qui aspire à vivre de nouveaux cieux au dessus de sa tête pour enfin avoir le droit à disposer de lui-même.

Depuis le début des contestations en août 2017, la mobilisation et la détermination de ce peuple ne faiblissent pas. Toutefois, on a l'impression qu'il n'arrive pas à conclure sa lutte. 

Du côté du pouvoir, la répression est toujours l'arme utilisée. Puis récemment, une nouvelle stratégie à sa disposition est de brandir la menace du djihadisme islamique afin d'avoir l'aval de la communauté internationale et pour ainsi sous couvert de vouloir sécuriser la zone de la CEDEAO (Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest), maintenir le statut quo.

Un dialogue est annoncé entre les deux parties afin de sortir de cette crise qui n'a que trop duré. Mais la question fondamentale est comment peut-on réussir à sortir d'un dialogue avec un consensus dans le "cas Togo" lorsque l'on sait que la CONFIANCE est rompue.  Le maître mot aujourd'hui  est la MÉFIANCE voire même la DÉFIANCE. Méfiance du peuple vis à vis du pouvoir et des politiques. Méfiance du pouvoir vis à vis de l'opposition. Cette question a été également exposée dans le rapport de l'institut IIGC, qui met clairement en exergue les besoins diamétralement opposés de chacun des protagonistes et la rupture de la confiance. 

Nous voulons aborder ces deux points sous un angle plutôt socio-psychologique afin d'apporter un éclairage nouveau ou une autre façon d'aborder le "cas Togo". Peut-être que cet angle de vue  qui aiderait à une nouvelle compréhension, confirmerait les différentes approches de solutions déjà essayées ou ferait émerger d'autres.

Togo, une possession assiégée à défendre pour le pouvoir et des croyances éculées pour asseoir un pouvoir exclusif

Quelles sont les besoins du pouvoir en place? Le régime Rpt-Unir qui a ses origines au lendemain de l'indépendance du Togo, a bâti  son pouvoir et sa richesse durant le règne de Gnassingbe père. Le régime s'est tissé une toile autour d'une minorité depuis le règne du fils. En ce sens que cette minorité vit dans l'opulence et la domination économique et politique. Elle a ainsi réussi son ascension sociale dans un pays où la pauvreté est devenue un fléau national.  Cette minorité pense le Togo en "bien propre". Le Togo  leur est dû car ils n'ont connu que le pouvoir et la gabegie. Elle a la ferme conviction qu'elle ne peut faire autre chose que d'être à la manette. C'est une croyance ancrée, enracinée. Qui dit croyance, dit ce qui gouverne l'agissement, le comportement de façon consciente ou inconsciente. Toutefois, la précision que cette croyance est irrationnelle est à souligner car elle ne correspond pas à la réalité. C'est une forme de pensée. Mais Comment fonctionne cette croyance irrationnelle que nous appellerons ici "tout m'est DÛ ou Droits personnels/dominance"? Un individu possédant cette croyance a un besoin de faire, ou d'obtenir, exactement ce qu'il veut sans considérer ce qu'il en coûte aux autres; ou a une tendance excessive à affirmer sa force, son point de vue et à contrôler les autres à son propre avantage sans considérer leur désir d'autonomie. Le sujet est caractérisé par des exigences excessives et un manque général d'empathie. 

Dans le cas Togo, nous avons donc un groupe d'individus, que nous avons appelé la minorité, qui partagent cette même croyance. Cette dernière a un autre corollaire qui est le "Manque de contrôle de soi et de discipline personnelle".

Le problème central de cette croyance est l'incapacité ou le refus de contrôle de soi. La personne possédant cette croyance ne peut supporter d'être frustrée dans ses désirs et est incapable de modérer l'expression de ses émotions et impulsions. Nous comprenons maintenant les raisons des difficultés de cette minorité à accepter un quelconque changement, pire à gouverner en toute diligence car elle semble en être "inconsciemment" incapable.

En résumé, nous avons des personnes qui ont un besoin fondamental de garder leurs privilèges en restant au pouvoir. Et, comme tout besoin est vital, cette minorité a besoin du pouvoir pour vivre car sans lui, elle croit ne pas en survivre. Or, ce qui semble être un besoin ici, n’est qu’une forte envie irrépressible. D'où la violence des agissements à laquelle assiste ceux là qui battent les pavés. 

Ces croyances bien enracinées contrôlent le fonctionnement de cette minorité. Elle est soumise à ces croyances inadaptées et irrationnelles. Tant que ces croyances ne sont pas assouplies, notamment celle des droits personnels/Dominances,  tous les autres besoins mis en avant par le pouvoir RPt-Unir n'est que subterfuge. C'est ce que nous appelons avancer masqué.

Nous comprenons donc les raisons profondes des échecs des 26 accords politiques entre opposition et pouvoir qui n'ont jamais produit des avancées tangibles. 

Togo, un peuple qui se relève  de ses blessures

Maintenant, que dire des besoins de la population, de celle qui est dans la rue pour réclamer l'alternance politique. Cette population a subi un choc traumatique au lendemain de l'assassinat du père de l'indépendance Sylvanus Olympio. Pourquoi parlons nous d'un choc traumatique? Tout simplement parce que le peuple n'a pas réagi. Il est resté sans voix, immobile, prostré dans la limite du déni de la réalité. Toutefois, après le choc, quelques années plus tard, petit à petit les voix ont commencé à s'élever, les organisations se mettent en place jusqu'à obtenir la conférence nationale souveraine en 1992. Puis, le peuple s'est doté d'une nouvelle constitution afin de donner au pays de nouvelles institutions, les fondements d'un nouveau contrat social. L'espoir renaît mais il a été de courte durée. La traversée du désert a commencé pour le peuple. 

Le peuple dans sa majorité n'arrive pas à satisfaire ses besoins primaires. Besoin de sécurité physique et psychologique, besoin physiologique (manger, boire, se soigner etc.), besoin d'être reconnu, écouté et respecté, besoin de se réaliser.

Le peuple a subi dans sa chair cette dure gouvernance. En réponse aux multiples crises qui ont émaillées la vie politique, La croyance de "Méfiance/Abus" nait et s'est renforcée avec les années de souffrances du peuple. Le peuple s'attend à ce que les membres du régime le fassent souffrir, le maltraitent, l'humilient, mentent, trichent et abusent de lui. Il perçoit la souffrance infligée comme intentionnelle et semble défavorisé par rapport à une frange de la population.

Le peuple estime et croit aujourd'hui que la satisfaction de ses besoins passera par la satisfaction de son besoin fondamental de liberté ;liberté de choisir ceux qui vont le diriger, le droit à l'alternance politique. Et pour cela, il exige le retour à la constitution originelle de 1992 qui était le socle du nouveau contrat social et politique, gage pour lui d'un nouveau départ. 

Les faits démontrent clairement la détermination et la volonté de la population à mettre fin à ce cercle vicieux infernal d'accalmie et de crise. Tant que le peuple n'obtiendra pas satisfaction de ses besoins, il serait très difficile au régime Rpt-Unir de gouverner ce pays dans la quiétude et la sérénité. Il est alors impératif que ces principaux acteurs de ce cercle vicieux dont ils sont responsables créent eux-mêmes les conditions pour retrouver un autre cercle vertueux déterminant pour l’avenir

Au regard de ces constats, comment rapprocher des visions et des besoins qui sont aux antipodes? Une sortie de crise est-elle possible? Telles sont les questions auxquelles nous allons essayer de répondre.

Togo, la Confiance comme remède

Bien que les besoins soient aux antipodes, un rapprochement est possible mais conditionné par un préalable: La confiance. Se refaire confiance. Mais comment donner confiance à l'autre lorsque des répétitions des expériences de brutalité perdurent, renforçant ainsi la croyance de méfiance de la population. Les faits récents de répressions des manifestants du jeudi 28 décembre à Lomé  constituent encore des preuves.

Avant de parler de dialogue ou de négociation, la confiance doit revenir. Nous croyons que le rôle primordial des médiateurs de ce conflit est de ramener le pouvoir à la raison. Le job des médiateurs est d'aider à l'assouplissement des croyances irrationnelles de la minorité au pouvoir.

Pour y parvenir, il va falloir :

- convaincre par des faits des pays qui ont réussi une transition démocratique qu'ils pourront continuer à exercer des responsabilités dans le nouveau Togo. Il va falloir leur apporter des gages pour les rassurer. 

- leur faire prendre conscience des inconvénients du statut quo et les avantages du changement pour leur image et pour le peuple.

- leur faire prendre conscience du pour et du contre de demeurer dans leurs croyances

- les ramener sur le terrain des valeurs  ,c’ est à dire du sens même de leur vision et missions pour le Togo.

- leur faire accepter de donner des marques de confiance en direction des manifestants en arrêtant toute répression car la confiance est dans le faire.

Si ce travail est fait en amont, nous pouvons espérer une sortie de crise qui honorerait les deux protagonistes. 

Quand on perd confiance en l'autre, on perd confiance en soi car être victime d'injustice, c'est inconsciemment se rendre aussi responsable et donc coupable. Ce sentiment fait perdre confiance. Le peuple doit retrouver aussi confiance en lui. Pour ce faire, il doit se rappeler ses victoires obtenues aussi  minimes soient elles sur ce chemin de bataille pour reconquérir ses droits voire se réapproprier ses  réalisations et ses capacités intrinsèques.

Dans cette énième bataille, il se doit se convaincre que le changement est possible et y croire  résolument.

Togo, préparer le peuple au changement

Quant à ce qui concerne la coalition des 14 partis de l'opposition et des organisations des sociétés civiles auxquelles  le peuple a délégué le pouvoir de représentation, elles devront prendre le temps de la réflexion sur comment contribuer à l'assouplissement des croyances de la minorité. Elles devront entreprendre une communication pédagogique sur ces points

ci-dessus en direction de la minorité et du peuple. Par ailleurs, ils devront redonner confiance au peuple en rappelant à sa mémoire les faits, les preuves qu'il n'a jamais baissé les bras et qu'il a toujours aspiré à son autodétermination. Ils devront aussi expliquer au peuple et leur faire prendre conscience qu’ils sont et seront les gardiens de ce changement en perspective. 

Enfin, Ils devront préparer le peuple au pardon car nous allons devoir apprendre ou réapprendre à vivre ensemble.

Le dialogue ou la négociation  en vue devra être préparé dans cet esprit de confiance et son maître mot  devra être l'intérêt général en gardant en mémoire la question fondamentale des besoins du peuple et ses aspirations profondes exprimées.

Geneviève MOUTON-AKOTIA

Fait à Lille Le 4/01/2018


LES VOEUX DU CMDT :
PEUPLE TOGOLAIS, SOYEZ DANS L’ESPERANCE !

Une nouvelle année commence.
Qu'espérer de mieux en 2018, qu'un peu plus d'amour, de fraternité, de justice et de solidarité dans un monde plus pacifique et respectueux de l'Humain et de la Nature. Dans une de mes sorties en début de l’année dernière dont le titre était « Concrétiser l’amour de la patrie », une évocation universelle qui reste toujours d’actualité, voilà une invitation renouvelée à nous tous, Togolaise et Togolais, pour l’amour de la patrie, car c’est le ferment de toutes les bonnes volontés des filles et fils d’un même pays pour fonder une même nation. Que souhaiter de mieux aujourd’hui au peuple togolais que l'espérance pour tout ce qui touche à la vie personnelle de chacun, à la vie de notre cher pays, le Togo, à ses populations, en particulier la jeunesse. Cette espérance nous appelle aussi à envisager un avenir commun, avec plus de liberté pour les citoyens, avec plus de responsabilités et de confiance en nous-mêmes.

Que ce poème d'Andrée Chedid qui s'intitule "L'espérance" soit l’expression de tous nos voeux que nous voudrions formuler au peuple togolais pour une bonne et heureuse année 2018.

Pour le Conseil Mondial de la Diaspora Togolaise (CMDT),
Raymond AYIVI
Coordinateur général.
L’espérance
Andrée Chedid

J’ai ancré l’espérance Aux racines de la vie
Face aux ténèbres J’ai dressé des clartés Planté des flambeaux A la lisière des nuits
Des clartés qui persistent Des flambeaux qui se glissent Entre ombres et barbaries
Des clartés qui renaissent Des flambeaux qui se dressent Sans jamais dépérir
J’enracine l’espérance Dans le terreau du coeur J’adopte toute l’espérance En son esprit frondeur.

Poème publié dans l’anthologie Une salve d’avenir.
L’espoir, anthologie poétique, parue chez Gallimard en Mars 2004.

 


 LA JEUNESSE  TOGOLAISE SACRIFIEE : LE TOGO EN PANNE D’AVENIR

Le Togo est en difficulté politique constante  depuis 50 ans,

Le monde s’est réveillé  à cette rentrée 2017  et  ce depuis les 19 et 20 AOUT  avec ce qui est communément appelé la CRISE TOGOLAISE : C'est le début  de la nouvelle révolution citoyenne.

Cette crise  est liée à l’organisation  d’une manifestation pacifique par un parti politique ( Parti national panafricain) qui a été réprimée sévèrement par les forces de l’ordre .

Devant une telle violence, la majorité des partis politiques de l’opposition  se sont réunis en coalition  ainsi qu’ une majorité du peuple  pour amplifier le mouvement de contestation portant  d’une part sur  le retour à la constitution originelle de 1992 , modifiée sur mesure pour le président actuel , fils de l’ancien président afin qu’il puisse accéder au pouvoir , aller au-delà des deux mandats et se faire élire ad vitam aeternam et d’autre part ,faire voter la diaspora togolaise  estimée à 2.5 millions de personnes  soit 30%  de la population .

Selon la Banque Mondiale en 2015, 348 millions de dollars US (environ 182 milliards de Francs CFA) ont été transférés par la diaspora togolaise cette année contre 337 millions de dollars US les années précédentes. Cette somme représente 11% du PIB et consacre la diaspora togolaise comme l’une des plus généreuses d’Afrique.

 Le Togo offre la pauvreté en héritage à sa population

Faut-il le rappeler, selon l’étude de  l’association synergie oeuvrant pour l’ état de droit au Togo,  «  à l'origine de la profonde exaspération de la population se  trouve une série de maux dont :

  • le non respect des engagements et accords signés,
  • la mise en coupe réglée des institutions de la république œuvrant de concert à la pérennisation du système,
  • la prédation des ressources économiques du pays au profit d'une poignée de fidèles, alors qu'une écrasante majorité de la population croupit dans la misère.

 Les manifestations de 19 et 20 Août 2017 réclamant le retour à la constitution originelle de 1992 ainsi que le droit de vote de la diaspora violemment réprimées, ont fait 7 morts. Lors de celles des 6 et 7 Septembre qui avaient pour mot d'ordre "50 ans ça suffit" les forces de l'ordre ont également fait un usage disproportionné de la force ».

Les difficultés politiques   , sociales et économiques  qui ont appauvri la population  toutes ces années les ont bafoués également dans leurs  droits fondamentaux (respect des droits humains, de l’ état de droit, du sens de l’intérêt général, répartition des ressources ) ont laissé beaucoup de traces et de frustrations.

Les luttes incessantes des acteurs politiques de la société civile, des réformistes, des sages, des voix qui comptent dans ce pays , des amis du Togo n’ont pu rien faire. Une vision monolithique et  sclérosante de l’exercice du pouvoir  a  usé toutes les bonnes volontés. 

Le Togo est devenu  par la force  des choses un pays en panne d’avenir  en général et pour la jeunesse en particulier   .

Les revendications des jeunes Togolais sont légitimes,

Les  deux  revendications majeures  et légitimes à savoir le retour à la constitution  originelle de 1992 et  le vote de la diaspora togolaise traduisent une aspiration forte de la population togolaise qui avait voté à 97%  cette constitution de 1992 car synonyme de paix civile et  d’état de droit et donc d’  un avenir apaisé et prometteur.

Cette constitution pouvait permettre non seulement l’alternance politique mais également à tout un chacun d’  être un jour électeur et éligible.

Les Togolais pourront  ainsi bénéficier dans leur vie d’une démocratie ouverte, dynamique  et acceptée par le plus grand nombre de ses citoyens.

Quant à la deuxième revendication  qui est aussi importante que la première, elle conforte  la mobilisation  forte de ces jeunes et des familles qui ont quitté le Togo pour différentes raisons et qui veulent contribuer activement en tant que citoyens alors même qu’ils assument déjà pleinement leurs devoirs vis-à-vis de leur  pays de naissance.

La rupture avec l’ordre ancien  est une nécessité vitale 

Premiers à monter au front aujourd’hui avec des leaders expérimentés  et   nouveaux  mais tous déterminés,  tel M. ATCHADAM  Tikpi , les jeunes Togolais  œuvrent dans leur majorité pour changer de système  et de référentiels .

 En choisissant la rupture avec l’ordre ancien marqué par l’usure des négociations  et des dialogues sans effet , les jeunes togolais ont revitalisé une dignité nationale  recalée dans les méandres de la politique politicienne entretenue ces dernières années.

 Alors même que la jeunesse représente 60% de la population, les jeunes n’arrivent pas à se réaliser dans leurs  pays  car ils sont victimes à la fois  d’un mal développement et d’un chômage endémique.

Sans avenir au TOGO, ils rejoignent le rang de l’immigration  en utilisant toutes les filières possibles. Cette situation n’est plus admissible car le Togo regorge de potentialités économiques et humaines indéniables. L’éducation familiale  exigeante et valeureuse  donne par-dessus tout à cette jeunesse  des qualités  d’ouverture , d’adaptation et d’innovation recherchées. Or , nous constatons que  tout ceci n’est ni valorisé , ni encouragé suffisamment.

Frappé dans la rue ou chez eux, à cause d’une aspiration normale à la liberté  et à un avenir recherché   , les jeunes Togolais sont devenus en plus , les boucs émissaires du système voire même une menace permanente pour les autorités.

Le prix à payer est lourd car  ils  sont les  premiers blessés,  emprisonnés, traumatisés et tués.

Il  en est de même  d’ailleurs pour toutes les  revendications estudiantines ces dernières années  qui  donnent l’occasion  de faire des interventions musclées  des forces de l’ordre y compris sur le campus des universités.

Les jeunes doivent rester le fer de lance du changement

Nous devons aider la jeunesse togolaise marginalisée   , violentée, bastonnée, cantonnée à devenir   des acteurs  du changement au TOGO car comme nous le rappelle Auguste BOAL : « Etre Citoyen   ,  ce n’est pas vivre en société mais la changer »

Leurs volontés sont claires et leurs déterminations fermes  car Ils ont à cœur  de  restaurer la constitution originelle de  1992 pour plus de liberté au  plus grand nombre  de Togolais et togolaises , faire voter la diaspora  en vue  de  développer plus de citoyenneté active.

Donner un avenir aux jeunes est un véritable défi d’intérêt général pour le TOGO. C’est pourquoi le  Conseil Mondial de la Diaspora Togolaise en a fait une cause d’intérêt national en 2017.

 Pour les jeunes Togolais, le TOGO reste leur bien commun à tous,

Ils  sont indéniablement  l’avenir du Togo  et tout doit être fait pour les aider à demeurer le fer de Lance du changement démocratique réel que nous appelons de nos vœux en considérant toujours le TOGO comme notre bien commun et en se focalisant sur les  piliers  de l’action  de

 notre mouvement :   Renforcer l’ état de droit,  conforter le sens de l’intérêt général et contribuer à un développement économique , social et humain harmonieux.

Ayité CREPPY

Responsable   du pôle  intérêt général

Au Conseil Mondial de la diaspora Togolaise

 

 


 

coordinateur.jpg

COMMUNIQUE CITOYEN

Les organisations de la Diaspora Togolaise signataires, ont appris avec consternation la mise en place de dispositifs de forces armées et de miliciens par le régime en place au Togo dans le but de trier et bastonner les manifestants de retour de la marche pacifique organisée par l'opposition et la société civile, ce samedi 2 décembre 2017

A ce stade, on déplore un mort et de nombreux blessés parmi lesquels, des représentants et cadres de partis politiques.

Ainsi, toujours égal à lui-même, le régime cinquantenaire RPT-UNIR fait semblant d’accepter le dialogue préconisé par les médiateurs internationaux pour sortir de la crise, tout en usant parallèlement de son argument favori; la force brutale des militaires contre des populations civiles sans armes.

Nous prenons à témoin tous les acteurs impliqués dans le processus de résolution de la crise togolaise, du cynisme et de la duplicité de ce régime qui peine à dissimuler son vrai visage, celui de la terreur.

Il est permis, face à cette situation, de s’interroger sur la volonté réelle de Faure Gnassingbé et de son clan, de s’engager dans un processus de dialogue avec la coalition des organisations démocratiques.

Aux médiateurs qui ont appelé les organisations démocratiques à la modération et au dialogue, avec le pouvoir RPT-UNIR, nous demandons d’exiger et d’obtenir de ce même pouvoir l’arrêt immédiat et permanent des exactions contre les populations civiles, comme préalable à toute discussion.

A la famille de la victime, nous présentons nos sincères condoléances. Aux blessés, nous adressons un message de compassion et de solidarité.

Nous appelons les responsables des 14 organisations de la coalition démocratique à rester unis, à ne pas reculer d’un pouce, à ne pas se laisser intimider par les manœuvres hélas bien connues du pouvoir RPT-UNIR, manœuvres qui associent les intimidations, la violence et la corruption.

A nos compatriotes qui manifestent inlassablement depuis le 19 août dernier, nous disons notre admiration et notre engagement résolu à leur côté, certains que les sacrifices consentis déboucheront bientôt sur la satisfaction pleine et entière de nos revendications.

Parce qu’elles sont légitimes, parce qu’elles sont justes.

Fait à Paris ce 05 décembre 2017

Organisations signataires :

CMDT, DIASTOCADE, RENAISSANCE Togo, CMAD, CMAF Togo, RCDTI, CTRA.

 


 

 


togodebout.jpg 

DECLARATION
 
carte-drapeaux-togo.jpgL’heure  est grave pour le Togo et les Togolais. Le régime vient encore de réprimer violemment l’action d’un parti politique, le Parti National Panafricain (PNP) au seul motif que ce dernier réclamait des réformes démocratiques.  Le CMDT apporte son soutien aux victimes et en particulier aux familles ayant perdu l’un des leurs ; en conséquence, il a appelé  à une marche internationale le samedi 02 septembre à Paris. 
Tout d’abord, nous voudrions nous  incliner devant les morts du samedi 19 août 2017.  Ces morts  sont de trop au Togo, et nous saluons leurs mémoires pour la reconnaissance de la Nation démocratique à venir, celle pour laquelle ils sont devenus de vaillants combattants immortels de l’Histoire.  
 
Nous souhaitons également un prompt rétablissement aux différents blessés avec nos pensées patriotiques, fraternelles et solidaires. 
 
Nous nous adressons plus particulièrement aux personnes qui font usage d’un autoritarisme désuet au Togo et nous venons leur poser cette ultime question : le Togo est-il toujours une République ? Si oui, personne ne peut s’arroger le droit de le gouverner comme cela se passe !  
 
Les piliers fondateurs du CMDT que sont l’Etat de droit, l’Intérêt général et le développement harmonieux du Togo, ne peuvent que nous conforter à soutenir cette action du PNP.  
 
Nous voulons rappeler pour l’occasion à tous, les 49 solutions proposées à la crise togolaise par le Conseil Mondial de la Diaspora Togolaise (CMDT) lors de sa création le 26 juillet 2009 à Bonn (Allemagne) pour l’avènement d’un Togo démocratique et pacifique dont vous trouverez ci-joint la copie(cliquez ici).  
 
Le recensement de la diaspora togolaise dont les membres avoisinent sûrement la moitié de la population togolaise, le droit de vote de la diaspora, le retour à la normalité (la Constitution de 1992, point de départ de toute réforme), et moult propositions pour l’intérêt général et le développement harmonieux du Togo constituent notre contribution de base. Rappelons que ces revendications, ont été soumises à cinq gouvernements successifs sans même un début de réponse. 
Le Conseil Mondial de la Diaspora Togolaise (CMDT) lance ici un appel solennel à tous les Togolaises et Togolais de la Diaspora, où qu’ils se trouvent, à quel que mouvement auquel ils appartiennent, de se joindre à lui, pour les actions à venir dont le seul mot d’ordre est : « Ici et maintenant, place à une transition démocratique ! » car la confiance entre les Gouvernants et le peuple togolais est rompue. 
 
Fait à Paris, le 22 août 2017, 
Pour le Conseil Mondial de la Diaspora Togolaise (CMDT), 
 
Raymond AYIVI,  
Coordinateur Général

 

 


 

 

Concrétiser l’amour de sa patrie !

c2.jpgTogolaise et Togolais de l’intérieur, Togolaise et Togolais de l’extérieur, l’heure de la mobilisation générale est venue ! Notre pays a besoin de nous tous ! La principale valeur qu’il faut promouvoir aujourd’hui, c’est l’amour, l’amour de la Patrie comme nous le rappelle pourtant si bien la devise du Togo : Travail - Liberté - Patrie.

Le Togo, notre bien commun à tous

c3.jpgLe Congrès du CMDT des 26 et 27 novembre 2016, a eu l’occasion de nous rappeler que le Togo est notre bien commun à tous. La valeur cardinale dont notre pays a besoin aujourd’hui, c’est que chaque Togolais(e) lui donne un peu de lui-même, un peu de patriotisme, un peu d’amour. Car seul l’amour de la patrie suffira à inverser le cours des événements au Togo et contribuera définitivement à la résolution de la question togolaise. Le développement d’un pays incombe d’abord aux filles et fils de ce pays, pas aux seuls gouvernants, ni aux seuls citoyens restés sur le sol national.

c5.jpgLa Diaspora, la 6e région du Togo, est une composante importante avec laquelle il faut définir les orientations et les choix prioritaires de développement et de bien-être. Le CMDT réitère son appel aux autorités togolaises, de recenser la Diaspora togolaise et lui octroyer une citoyenneté pleine et entière afin de conjuguer ses efforts et ses expériences pour l’émancipation de chacun et de tous.

Les enjeux de l’avenir sont de taille

c10.jpgA l’heure où nombre de pays se rassemblent pour former de grands ensembles afin de faire face aux défis que sont les questions de l’énergie, de l’environnement, de la sécurité et du vivre-ensemble, l’Afrique doit régler définitivement ses problèmes de dépendance alimentaire, culturelle, économique et politique. Les choix de société qui ont fait leur preuve historique sont celles basées sur l’état de droit et la démocratie représentative et participative.

C’est pourquoi, la Diaspora togolaise par la voix du CMDT, interpelle le Gouvernement togolais à fixer enfin les dates pour la tenue des élections locales sur la base d’un découpage électoral transparent et un suffrage avec une dose de proportionnelle afin de permettre une large représentation y compris celle de la Diaspora. Les citoyens pourront alors avoir les moyens de prendre directement en charge la gestion de leurs collectivités territoriales et renforcer la décentralisation.

Conseil Mondial de la Diaspora Togolaise (CMDT)
Web : www.cmdtogo.org Courriel : contact@cmdtogo.org -
81 rue du Général Leclerc 59320 Haubourdin (FRANCE)
Association loi de 1er juillet 1901 parue le 05/01/2010 au JO RF N° 20100002 Identification R.N.A. : W595016126

c8.jpgLes vrais défis qui se posent à nous, telles que l’autosuffisance et la sécurité alimentaire, la santé publique, l’éducation et la fuite de nos cerveaux sont tellement colossaux que nous ne pouvons continuer à penser que les questions du vivre-ensemble, de l’émancipation et du développement doivent être simplement l’affaire des seuls gouvernants. Les enjeux de l’avenir sont multiples, interdépendants et doivent prendre en compte le Togo dans une compétition internationale. La Diaspora entend prendre toute sa place dans ce combat et ne manquera pas d’appuyer ou de formuler des propositions originales et opérationnelles.

La Diaspora togolaise, un vivier d’expertises et d’ambassadeurs

c6.jpgTout citoyen togolais vivant hors du Togo dispose d’une expertise à partager. Il ou elle est un « ambassadeur (ambassadrice) » du Togo. La Diaspora togolaise ne demande qu’à aider au développement du Togo ! Encore faut-il que les conditions et un environnement favorables soient créés ! La Diaspora avec toutes ses potentialités, n’est pas un problème pour le pays. Au contraire, elle est un atout et fait même corps avec la solution ! Le développement du Togo passe par la création de richesses, une amélioration de la productivité et la consommation de ce que nous produisons localement. Un pays qui importe du riz ou du surgelé pour son alimentation de base au lieu d’améliorer la productivité de ses cultures, la question rappelle ainsi les déficiences du développement extraverti. La formation à la création d’entreprises dans tout domaine, doit rapidement entrer dans les programmes d’enseignement, et ce dès le plus jeune âge. La Diaspora est prête à parrainer ces genres de projet et même à c7.jpgpartager son savoir. Dans le domaine de la coopération décentralisé, la Diaspora pourra contribuer au partenariat entre chacune des cinq régions togolaises et les collectivités territoriales du nord et du sud. Quittons le registre de la parole et agissons ensemble pour libérer les énergies qui sommeillent en tout un chacun. Des Togolais compétents et exemplaires en termes d’éthique, il y en a partout aux quatre coins du monde. C’est pourquoi, la seule révolution dont a besoin le Togo est de concrétiser l’amour de sa patrie. Il s’agit bien pour le CMDT de contribuer à la diversité des possibles au Togo. Nous devons et nous pouvons transcender nos difficultés par un message de la raison et du coeur. C’est sur ces mots d’optimisme et d’ouverture que voulons adresser au peuple togolais tout entier, nos sincères voeux de fin de la peur et une nouvelle ère de l’initiative patriotique.

Fait à Paris, le 26 janvier 2017
Pour le Conseil Mondial de la Diaspora Togolaise,
Raymond AYIVI, Coordinateur Général

Présentation

Fermer Historique

Fermer Participation

Fermer Comité de Pilotage

Fermer Adhesion

Réseaux
Sites Partenaires


  cvu.jpg
LogoBlanc.gif

M'inscrire au CMDT
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
53 Abonnés
Recherche



Visites

 191493 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

^ Haut ^